"La décision de Peter" écrit par moi gwendoline daguzé

 
"La décision de Peter" écrit par moi gwendoline daguzé
La section spéciale FRINGE est chargée d’enquêter sur des phénomènes étranges et paranormaux. Dirigé par Broyles elle se compose de l’agent Olivia Dunham de Walter Bishop un scientifique enfermé 17 ans à Sainte Claire, hôpital psychiatrique et de son fils Peter surdoué, qu’il a ramené avec lui d’un monde parallèle, alors qu’il était qu’un petit garçon mourrant. En effet il existe un monde parallèle au nôtre, où chaque personne de la section à son double et c’est Faulivia qui s’était introduit dans notre monde pendant qu’Olivia était coincée de l’autre côté, où elle a subit des expériences douloureuses de Walterego( le vrai père de Peter). Elle n’a dû sa survie qu’au souvenir de Peter, mais malgré son retour, elle doute de sa relation avec Peter… et des révélations vont tout remettre en cause… Quel choix fera Peter ? Depuis sa dernière enquête avec Sam, traité tout comme elle au cortexiphant lorsqu’il était enfant, Olivia doutait de Peter et des sentiments qu’il lui exprimait. Avant de partir Sam qui avait développé le don de lire dans les pensées avait en effet révélé à Olivia, les sentiments de son collègue et confirmé ses doutes. Sur le papier de simples mots qui firent ruisseler des larmes sur les joues de la jeune femme, qui ne pouvait s’empêcher de relire les mots inscrit, comme pour se convaincre : « Il a toujours des sentiments pour elle ». Faulivia lors de son passage avait vraiment tout détruit : elle lui avait volé sa vie, son début d’histoire d’amour avec Peter, des moments de complicité avec sa nièce Ella et sa sœur Rachel… « Elle m’a tout pris » se souffla t-elle à elle-même, des larmes perlaient des ses yeux. Quand elle entendit Peter l’appeler et s’approcher à grands pas vers son bureau, elle essuya ses yeux rougis, elle pris un style pour faire bonne figure, elle ne devait rien laisser paraître, et rester forte. Lorsque Peter entra dans le bureau, elle vit à sa mine et son regard qu’il allait lui annoncer une catastrophe : « Faulivia est enceinte depuis 6 semaines, et je serais apparemment le père de l’enfant », confiat- il, sans la lâcher du regard pour observer sa réaction. En seule réponse elle le fixa intensément, et il pu voir des larmes dans ses yeux. Au bout d’un moment, alors que les larmes coulaient toujours silencieusement sur ses joues elle décida de briser le silence qui c’était installé depuis plusieurs minutes « Que va tu faire ? » « Je ne sais pas » avoua t-il Il ne voulait pas lui faire de mal, mais il savait que sa deuxième révélation risquait de tout briser pour toujours. « Tu ne m’a pas tout dit Peter, que me cache tu d’autre ? » lui demanda la jeune femme « Non en effet, on a découvert quelque chose avec Nina Sharp, si un des deux univers doit survivre ce sera grâce à moi, en fonction de mes sentiments. En fonction de mon choix de vie entre Faulivia et toi, alors un seul de nos mondes survivra … Tout dépend de moi » ajouta t-il dans un souffle Olivia le regardait incrédule, sonnée par cet aveu puis elle réussi à articuler « Qu’importe ton choix, je n’ai pas peur de mourir rien ne m’atteint plus désormais » « Olivia » l’appela t-il pour la retenir alors qu’elle s’apprêtait à quitter le bureau Elle se retourna se retrouvant face à lui, le défiant du regard « - Olivia, ne rends pas les choses plus difficiles qu'elles ne le sont déjà. » soupira-t-il d'un ton malheureux Elle serra alors un peu plus fort ses bras contre sa poitrine « Ça me semble improbable de faire pire », murmura-t-elle, presque pour elle-même. « Je ne suis pas irremplaçable. » ajouta t-il Les mots « si, tu l'es » restèrent coincés dans sa gorge, alors elle se tut, incapable de dire ou de faire quoi que ce soit pour le retenir. Un abus de fierté, sans doute. L'impression de vulnérabilité intolérable si elle l'exprimait à haute voix. Ou juste la peur d'ouvrir à nouveau la porte à la souffrance en se confiant. Il interpréta son silence. - « Ravi qu'on soit au moins d'accord sur un point », dit-il, d’un ton amer. Sa colère s'effrita et la douleur qu'elle avait refoulée refit surface. Elle concentra toute son énergie à refouler les larmes qu'elle sentit monter. Elle ne voulait pas pleurer, elle ne l’avait que trop fait Il l'observa en retour, comme s'il analysait ses réactions. En l'espace de quelques secondes, elle le vit passer de la colère à l'agacement, puis de l'agacement à la confusion, ses traits et son regard, s'adoucissant à chaque palier pour coller à l'image qu'elle avait toujours connue de lui. « Qu'attends-tu de moi, Olivia ? » dit-il las. « Je l'ignore encore. Quand je te regarde, je te vois toujours avec elle. Mais quand tu n'es pas là, je vois tout ce qu'elle a fait de ma vie pendant mon absence. Alors tout ce que je sais, c'est que quitte à choisir, je préfère que tu restes » Elle avait besoin de lui. Elle le réalisait, à présent, même si elle était incapable de le formuler de manière aussi directe. Il soupira, mais il n'exprimait que de la lassitude. -« Tu l'as dit toi-même, tu as essayé et ça n'a pas marché. Et ça m'a donné à réfléchir ». articula t-il Elle accusa le coup. -« Que veux-tu dire »? demanda-t-elle avec difficulté. - « Ces dernières semaines n'ont pas vraiment été les meilleures que j'ai connues. Et ton attitude hostile à mon égard n'aide pas. Si je pars, ça sera mieux pour tout le monde ». Elle croisa ses bras sur sa poitrine, comme pour se défendre de cette accusation pourtant légitime. -« Je ferai des efforts mais pour moi non plus ça n’a pas été facile ces derniers temps », dit-elle en désespoir de cause. « Dis moi ce que tu refoule Peter » « Olivia, j'ai… je ne… », Bégaya-t-il, incapable de trouver ses mots. « Peter », dit-elle dans un souffle pour l'encourager. La façon douce dont elle prononça son prénom tellement à l'opposé de son attitude fermée, et son regard empreint de tristesse mais dénué de colère achevèrent de balayer ses résistances. Il accrocha son regard au sien et il lui avoua ce qu'il avait sur le cœur. -« J'avais des sentiments quand je pensais qu'elle était toi. Et avant ça, j'en avais déjà. Bien longtemps avant de m'en rendre compte moi-même. Et aujourd'hui encore » Il lutta contre l'envie furieuse de poser sa main sur sa joue. Il se contenta de lui sourire avec tendresse. - « J'en ai toujours pour toi. Pour toi et toi seule. Je n'ai toujours vu que toi, Olivia. Alors te voir perpétuellement en colère et distante avec moi, commence à peser plus lourd que ce que je peux supporter. Je ne suis pas un Saint, Olivia, et encore moins un martyr. Je ne veux pas rester si c'est pour te voir souffrir et souffrir moi aussi » dit-il avec toute la sincérité du monde. Alors, elle réalisa enfin qu'il était aussi brisé qu'elle l'était. Tout autant torturé par la même souffrance. A cet instant, elle se rendit compte que Peter lui manquait cruellement. Et pourtant, il n'était qu'à un mètre d'elle. Et elle réalisa que les raisons qui la tenaient éloignée de lui n'étaient qu'une tentative désespérée de calmer la douleur. Et peut-être un moyen de se prouver qu'elle n'était pas dépendante de sa présence, qu'elle n'était dépendante de rien, ni personne. Mais la réalité était que quoi qu'il c'était passé, elle souffrait autant du manque de lui que du sentiment de trahison. Elle franchit alors le dernier mètre qui les séparait mais s'approcha de lui avec hésitation comme si elle craignait qu'il ne la repousse, et posa ses yeux sur son torse. Il l'observa approcher, fasciné de la voir faire le premier pas. Comme de l'autre côté quand elle lui avait dit que sa place était avec elle. Elle leva les bras, posa ses mains sur son torse ,et quand elle sembla constater qu'il ne se passait rien, elle releva les yeux vers lui. Et il lut dans son regard, ce qu'elle ne disait pas et ce qu'il savait qu'elle n'exprimerait pas à haute voix. Alors, il comprit qu'il ne pourrait pas le lui refuser. Elle passa ses bras autour de lui pour l'enlacer et posa sa tête dans le creux de son épaule. « - D'accord, Olivia. Je reste avec toi », dit-il enfin pour répondre à sa demande muette. En réponse, elle resserra son emprise sur sa chemise, les poings crispés sur le tissu. Et comme pour sceller leur pacte silencieux, il referma ses bras autour d'elle et murmura un autre « je reste avec toi … avec toi », les lèvres tout contre ses cheveux. Et enlacés l'un contre l'autre, le poids de leurs existences semblait moins lourd à porter sur leurs épaules. Ça ne résoudrait pas toutes les difficultés mais elle décida qu'elle surmonterait ses problèmes un à un. Oublier, pardonner, tourner la page et se reconstruire. Mais surtout retrouver le Peter qui égayait sa vie d'avant. Car il serait plus facile de recoller les morceaux de leurs existences malmenées, ensemble que séparés chacun de son côté. Ils restèrent longtemps ainsi, tous deux désireux de ne pas briser le fragile équilibre qu'ils venaient à peine de commencer à tisser et qui deviendrait, ils l'espéraient, la base d'un avenir plus clément que le passé pour découvrir un moyen de sauver les deux mondes. « Elle n’a pas tout détruit » dit-t- elle en le fixant pour seule réponse il posa ses lèvres sur celles de la jeune agent Je t’aime mon ange, je n’aime que toi » ajouta t-il avant de reproduire l’expérience. Il savait désormais où était sa place et que sa mission était de tout faire pour préserver son Olivia et ce monde. Si un des deux univers devait survivre grâce à lui, ce serait son monde à elle. Peu lui importait de savoir si il avait vraiment un fils de l’autre côté, et si cela servirait à Walterego de prétexte pour le faire revenir, il n’accepterait pas. La seule chose qu’il accepterait serait de se sacrifier, si cela était nécessaire pour sauver Olivia.
Теги:
 
thomasgw
создатель: thomasgw

Оцените это изображение:

  • В настоящее время 4.8/5 звездочек.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

4 Голосов.


Раздать этот Blingee

  • Facebook Facebook
  • Myspace Myspace
  • Twitter Twitter
  • Tumblr Tumblr
  • Pinterest Pinterest
  • Раздать этот Blingee другие...

Краткая ссылка на эту страницу:

 

Использованные штампы Blingee

Для создания этой картины "la virgen de guadalupe" было использовано 5 рисунков.
Vintage Paper
fringe : peter et olivia
frame ramka vintage transparent  a4l
vintage frame black white
DODATKI DECO TRANSPARENT VINTAGE PEARL PINK
 
 

Комментарии

poucelina02

poucelina02 пишет:

1 день назад
cool ma série préféré gros bisousxx ma journaliste

Желаете ли вы прокомментировать?

Зарегистрируйтесь в Blingee (для бесплатной учетной записи),
Вход (если вы уже являетесь участником).

Наши партнеры:
FxGuru: Special Effects for Mobile Video